Soutien financier aux grévistes de McDonald’s

Don de 500 euros à la caisse de grève du Syndicat CGT McDonald’s Paris et Île-de-France.

Le Groupe anarchiste Salvador-Seguí a été informé de l’appel à la grève reconductible du Syndicat CGT McDonald’s Paris et Île-de-France contre le projet de loi El Khomri et pour la relocalisation des profits pour un salaire à 13 euros de l’heure. Nous savons dores et déjà que plusieurs grévistes y répondent pour une durée indéfinie.

Les salariés de McDonald’s se sont illustrés par de multiples actions de grèves et d’occupations ces dernières semaines. Au-delà du grand mouvement social défensif en cours contre le projet de loi Travail, ils font clairement partis de ceux qui passent à l’offensive et n’entendent guère se contenter des miettes que leur réserve le capitalisme aujourd’hui.

Le Groupe anarchiste Salvador-Seguí affirme toute sa solidarité aux grévistes, à leurs revendications corporatives pour un salaire à 13 euros de l’heure, une majoration des heures de nuit dès 21 heures, un paiement doublé pour les dimanches et jours fériés pour tous les salariés, ainsi qu’à leurs revendications interprofessionnelles pour le retrait du projet de loi El Khomri.

Nous tenons également notre parole. Nous avions précédemment informé que nous aiderions autant que faire se peut les initiatives qui iront dans le sens d’une grève générale reconductible. Dont acte. Nous prenons note de la situation des travailleurs de l’enseigne au grand M en lutte et faisons un don de 500 euros au Syndicat CGT McDonald’s Paris et Île-de-France pour ses grévistes et faire face aux éventuelles répressions en cours ou à venir.

Le Groupe anarchiste Salvador-Seguí invite tous ses sympathisants à se joindre au mouvement et à soutenir les salariés de McDonald’s en lutte. La page Facebook Les indignés de McDonald’s vous permettra de suivre l’actualité syndicale sur ces questions. Notre groupe continuera à soutenir les travailleurs qui engagent des conflits pour leur dignité, encore et toujours, autant que nous pourrons.

Ensemble, dès maintenant, construisons des structures pérennes pour lutter et se préparer à riposter et attaquer, construisons la grève générale, jusqu’à l’abolition du capitalisme, du salariat et de l’État qui les maintient.

Groupe anarchiste Salvador-Seguí
Paris, le 4 mai 2016

Publicités