L’épopée des Brigades internationales à la TV

Une fois n’est pas coutume, on va parler un peu télé. Mardi 25 octobre 2016, Arte diffusait un documentaire de Patrick Rotman sur les Brigades internationales (BI). Encore un film sur la guerre d’Espagne, et encore un film sur ces Brigades créées par l’Internationale communiste. On pouvait redouter le pire, encore que Patrick Rotman nous a habitués à une certaine rigueur dans ses écrits et ses films. Là encore, force est de constater l’honnêteté du propos pour résumer cette page de l’histoire que le film a l’intelligence de resituer dans le contexte politique du pays, avant la création des BI (fin 1936) et après (fin 1938). Ainsi La Tragédie des Brigades internationales s’inscrit dans une description plus large de la révolution espagnole. On peut émettre quelques réserves : un peu trop de scènes de batailles par rapport aux scènes décrivant les réalisations révolutionnaires (c’est vrai que le sujet du film est sur les BI et pas sur l’œuvre constructive de la révolution), des approximations comme l’affirmation qu’il y avait deux Espagne, l’une rurale, nationaliste et catholique, l’autre citadine, républicaine et laïque. Que je sache, l’Andalousie rurale (pour ne citer qu’elle) était un fief anarchiste et, donc, ni nationaliste ni catholique. Quant aux grandes villes du Pays basque, la laïcité n’était pas vraiment leur trait dominant. Mais passons. Rotman plante bien le décor en partant des élections de février 1936 qui portent au pouvoir le Frente popular. S’ensuit, en juillet, le soulèvement des militaires contre la république, entraînant la riposte ouvrière contre ces factieux (nombreux extraits de documents sur Madrid et Barcelone).

Rotman insiste sur la violence des affrontements, puis en zone républicaine sur les persécutions contre les militaires vaincus, les gens d’Église et les sympathisants fascistes. Il aurait pu ajouter que ce seront des responsables anarchistes qui créeront les patrouilles de contrôle pour mettre un terme à tous ces débordements et pratiques (paseos, exécutions sommaires)… Pour faire pendant, le film montre ensuite les violences et assassinats systématiques perpétrés dans les zones conquises par les troupes franquistes : tout ce qui est de gauche ou syndicaliste, c’est-à-dire rouge, est exécuté. Là, par contre, cette terreur blanche n’est pas due à des débordements, mais à des ordres émanant de l’état-major des putschistes, et relève d’une véritable « purification politique ».

Au fil des images défilent les visages de nombre de « personnalités » étrangères présentes en zone républicaine : écrivains (Hemingway, Dos Passos, Malraux, Neruda, Aragon), photographes (Gerda Taro, Robert Capa), artistes (Errol Flynn). Mais ce qu’on peut constater surtout, c’est la disproportion entre l’armement des forces fascistes et celui des forces républicaines (dès le début, Mussolini fournira à Franco 70 000 fantassins et chars de combat, Hitler enverra son aviation). Le camp républicain aura droit, lui, à la non-intervention des « démocratie » occidentales, à l’arrivée de ces fameuses Brigades internationales, sans expérience militaire et armées sommairement. L’aide de l’URSS, tardive et non désintéressée (les 460 tonnes d’or de la Banque d’Espagne fileront à Odessa), sera accompagnée de mille « conseillers », ou plutôt de commissaires politiques introduisant Tcheka et NKVD dans la péninsule Ibérique où ils pourront démontrer l’efficacité de leur « art », notamment au cours des « événements de mai 1937 » à Barcelone. Les ultimes images sont douloureuses : la Retirada de 500 000 républicains vaincus vers la France sous les balles de l’aviation franquiste,  « l’accueil » des autorités françaises qui les parqueront dans des camps où ils apprendront – énième trahison – la signature du pacte germano-soviétique.

Le grand mérite du film est de démystifier certaines versions de ce pan de l’histoire : oui, il y a eu une aide immédiate et considérable à Franco, en hommes et armement de la part de Mussolini et Hitler. Oui, il y a eu abandon du gouvernement républicain par lâcheté des démocraties occidentales (France et Angleterre). Oui, n’en déplaise aux révisionnistes staliniens, la force principale dans le mouvement ouvrier et paysan était la Confédération nationale du travail (CNT), centrale syndicale anarchiste. Oui, le Parti communiste d’Espagne était ultra-minoritaire et n’a dû son influence – néfaste – que grâce aux séides de Staline envoyés comme « conseillers » et imposés par le chantage aux armes distribuées principalement aux régiments sous commandement communiste. Oui, de nombreux révolutionnaires de la CNT et du POUM ont été arrêtés, torturés et assassinés sur ordre de la direction du PCE à la botte de Moscou. Oui, même les Brigades internationales ont subi des purges de la part du commandement communiste. Oui, tous les « conseillers » bolchéviques de retour en URSS sont passés à la trappe : ils avaient pu voir ce qu’était une vraie révolution sociale, ça méritait, là aussi, une « purge ». De même que, oui, malgré son zèle et ses « brillants » services, Marty, le « boucher d’Albacete », a lui aussi été ensuite exclu du PCF. Oui, Staline et les dirigeants du PCE ne voulaient pas d’une révolution en Espagne : ils l’ont donc sabordé. Résultat : ils n’ont même pas pu sauvegarder la république bourgeoise. Franco pouvait les remercier !

Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador-Seguí

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s