Solidarité avec Gassiot Armengol (CGT de Catalogne)

Ordonnance judiciaire de recherche et d’arrestation contre le secrétaire général de la CGT de Catalogne dans le cadre du dossier judiciaire « 27 et plus ». 

Aujourd’hui, nous avons appris que, finalement, le tribunal de Cerdanyola del Vallès qui instruit l’affaire « 27 et plus » a émis un mandat d’arrêt à l’encontre de notre collègue Gassiot Armengol, professeur au département de préhistoire de l’Université autonome de Barcelone (UAB) et secrétaire général de la CGT de Catalogne. Ainsi, par conséquent, il peut être arrêté à tout moment pour être mis à la disposition du tribunal, ayant refusé de se rendre devant le juge pour déclarer au sujet de ce montage politico-judiciaire. Cette décision découle de sa volonté de ne pas coopérer avec cette instruction, qui n’est rien de plus qu’un nouveau et grand chapitre de la persécution politique envers tous ceux qui ont un engagement dans la lutte pour la défense des services publics, dans ce cas de l’université publique, et donc dans la défense des droits sociaux des classes populaires. La situation d’Armengol est identique à celle vécue il y a quelques jours par certains des 27 autres accusés (Carles, Oriol, Celia), qui ont été arrêtés chez eux afin d’être mis à la disposition du tribunal.

La CGT de Catalogne soutient la décision de Gassiot Armengol et des autres inculpés de ne pas collaborer avec la justice. Nous dénonçons le fait que la persécution menée contre notre secrétaire général est, pour nous, une persécution de notre organisation et du syndicalisme combatif que nous représentons. Rappelez-vous que les faits pour lesquels les accusés Armengol et les 27 autres ont eu lieu en 2013 dans le cadre de la lutte contre l’augmentation des frais de scolarité et d’autres exigences qui avaient le soutien de la majorité de la communauté universitaire, au cours de laquelle le bâtiment de la direction de l’UAB avait été fermé. Un mode d’action faisant régulièrement partie du mouvement étudiant dans les universités catalanes depuis des décennies. Armengol, en tant que membre de notre section syndicale à l’UAB, a publiquement soutenu cette lutte, tout comme d’autres représentants syndicaux des travailleurs de l’UAB.

À la suite de ces événements, la direction de l’UAB a commencé une chasse aux sorcières par la voie pénale, dans le seul but de poursuivre politiquement le mouvement étudiant et syndical de l’UAB. Tant le recteur de l’époque, Fernando Sancho comme sa vice-présidente, Silvia Carrasco, ont la responsabilité directe de l’invention d’un « réseau criminel » organisé pour détruire l’université, dont seraient membres Ermengol et les 27 autres. Pour cette raison, le parquet, organe politique de l’État espagnol, demande contre ces personnes, selon les cas, entre 11 et 14 ans de prison. Des demandes parfaitement disproportionnées constituant le pire cas de répression politique dans une université de notre pays depuis la fin du régime de Franco.

La CGT de Catalogne réitère sa solidarité avec Ermengol et les 27, et notre volonté de répondre collectivement en tant qu’organisation, en cette période de répression. En même temps, nous demandons à tous nos membres et l’ensemble des militants syndicaux et des mouvements populaires d’être aux côtés des 27, de démonter ce procès politique et d’articuler ensemble, depuis la solidarité, la réponse que cette situation mérite.

Nous voulons les 27 libres ! Un coup contre l’un d’entre nous est un coup contre nous tous !

Secrétariat permanent du comité confédéral de la CGT de Catalogne
Le 21 février 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s