Grève des salariés de McDonalds : malgré les menaces, la lutte continue

Depuis le 11 mai 2018 les salariés du McDo Magenta sont en grève. Pour quelles revendications ? Pour obtenir un salaire de 13 euros/heure, un 13ème mois pour tous, l’arrêt de l’évasion fiscale et le respect du droit syndical.

Réponse de la direction au bout de six jours d’occupation de l’établissement : envoi d’une quinzaine de vigiles pour procéder à l’évacuation des lieux, de manière musclée cela va sans dire. Pour parfaire l’opération la Direction de McDo assigne au tribunal six salariés et le syndicat CGT.

Riposte des salariés en grève : ce matin (mercredi 23 mai) un rassemblement s’est tenu près du Forum des Halles, qui s’est transformé en manifestation faisant la tournée des McDo du coin afin de sensibiliser non-grévistes et même clients. Empoignades et bousculades pour pénétrer dans le premier établissement, intervention de la police à la demande du « manager » de l’établissement, discussion, blocage du lieu pendant une demi-heure (aucun client ne pouvait rentrer « manger »), puis départ vers un second McDo, même opération de la part des grévistes, même intervention de la police (c’était pas les mêmes), même impossibilité pour les clients de pénétrer pour consommer ; poursuite de l’opération vers un troisième puis quatrième, puis ainsi de suite. Le tout aux heures de pointe, la Direction appréciera au vu du chiffre d’affaire réalisé. Tout ça noyé sous les slogans du genre : « Frite par frite, nugget par nugget, nous reprendrons le frice à Mc Donalds » et « un salaire de 13 euros, c’est ce qu’il faut pour les McDo ». Au fait, pourquoi 13 euros ? Actuellement les salaires tournent autour de 9,76 euros de l’heure. Il y a un an Mc Donalds a lancé pour son personnel un jeu « Monopoly » attribuant au vainqueur un salaire mensuel net de 1600 euros pour un an. Salaire que McDo considérait comme minimum pour pouvoir vivre décemment dans une ville comme Paris. Les salariés ont dit banco. Ramené à l’heure ça leur faisait 13 euros nets. Alors pourquoi ne pas leur donner ces 13 euros « minimum vital pour vivre décemment » ?

En attendant menaces et intimidations continuent. Il faut préciser que le gérant du McDo Magenta en possède 23 autres en région parisienne. Concernant celui de Magenta, sur 37 salariés seuls 8 sont employés à plein temps. Les 24 McDo appartenant au même gérant sont considérés légalement comme autant d’entités indépendantes, conséquence : nombre de salariés trop faible pour avoir droit à délégués du personnel, comité d’entreprise etc.

Aux dernières nouvelles, la Direction renoncerait à poursuivre en justice les six salariés incriminés. La CGT maintient quand même son rassemblement jeudi 24 mai à 14h00 devant le nouveau Palais de Justice de Paris (métro Porte de Clichy) afin d’informer sur la suite du mouvement.

Groupe anarchiste Salvador-Seguí
Paris, le 23 mai 2018

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s